À propos de Yan Vantouroux

Cet auteur n'a pas encore renseigné de détails.
Jusqu'à présent Yan Vantouroux a créé 5 entrées de blog.

Le collège Masbou chez Chassint

Dans le cadre de la 18e semaine école-entreprise, Chassint peinture a ouvert ses portes à une classe de 5e du collège Masbou de Figeac. Qui mieux qu’une entreprise peut donner un éclairage sur les possibilités de parcours professionnel des jeunes. Pour les aider à faire des choix d’orientation, il faut leur permettre de toucher du doigt la réalité des entreprises et ainsi matérialiser la justification de leurs études.

La direction Chassint se fait encore une fois le promoteur de l’avenir des jeunes. Le maître mot : dépoussiérer et moderniser le regard des jeunes sur les entreprises, leur faire découvrir au travers des différentes filières (nous en avons dénombré 16 dans cet établissement) une vision d’avenir. La variété impressionnante des métiers laisse de la place à tous, femmes et hommes d’horizons divers. Il faut lutter contre la mauvaise image véhiculée sur les métiers manuels qui peut rebuter certains jeunes, leur faire comprendre qu’ils peuvent travailler dans d’excellentes conditions, avec de bons supports de formation et dans des lieux agréables et propres et connaître une belle évolution personnelle.

Sébastien Chassint reçu demain à Matignon

Le jeudi 19 avril, l’entreprise sera reçue par le Premier Ministre, Edouard Philippe au sein d’une délégation lotoise. Cette rencontre, initialement prévue le 14 décembre, avait été annulée suite au drame de Millas.

Lors du déjeuner à Matignon, le Premier Ministre souhaite connaître l’avis des acteurs économiques et leurs propositions sur les réformes engagées par le gouvernement au service du développement des entreprises. En effet, deux projets de loi vont prochainement être examinés, la loi Pacte (plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) et la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel qui portera sur les dispositions réformant l’assurance chômage, l’apprentissage et la formation professionnelle.

Sébastien Chassint est bien préparé pour ce rendez-vous et se sent prêt à enrichir cette rencontre majeure par ses avis et propositions.

https://www.ladepeche.fr/article/2018/04/18/2782261-le-college-masbou-chez-chassint.html
Le collège Masbou chez Chassint 2018-04-18T09:08:22+00:00

La sous-préfète à Chassint peinture

Le 12 décembre, Nadine Chaïb, sous-préfète de l’arrondissement, accompagnée de Marine Boudaud, chargée du développement local et de Jean Hirondelle, maire de Béduer, est allée à la découverte de Chassint peinture. Cette entreprise créée en 1982 a démontré sa capacité de développement et d’innovations. Aujourd’hui 39 personnes y travaillent et mettent en œuvre leurs compétences au service majoritairement du secteur aéronautique. Comme le précisent Yves et Sébastien Chassint, chaque pièce neuve ou à rénover confiée à l’entreprise est une partie vitale de l’avion et aucune négligence n’est tolérée, les contrôles sont donc drastiques.

Grâce à UTC Ratier, Chassint est leader mondial de la peinture sur pales à hauteur de 80 %. Une trentaine de clients, en plus d’Airbus, Dassault et Thalès, font également appel à son savoir-faire.

Nadine Chaïb s’est montrée très intéressée par les explications d’Yves et Sébastien Chassint quant au développement futur et aux difficultés rencontrées dans le domaine des embauches et de l’accès au numérique (zone blanche). La sous-préfète a bien précisé que son travail était la mise en adéquation de l’économie et des emplois correspondants, de répondre aux besoins des entreprises, d’être à l’écoute des idées nouvelles, d’encourager les collèges à ouvrir très tôt les jeunes aux projets professionnels en lien avec les entreprises afin de faciliter leur orientation le moment venu.

La visite s’est achevée par la découverte des différents secteurs de l’entreprise Chassint.

https://www.ladepeche.fr/article/2017/12/14/2704538-la-sous-prefete-a-chassint-peinture.html
La sous-préfète à Chassint peinture 2017-12-14T12:16:56+00:00

L’entreprise Chassint Peinture présente son robot Kuka

Vendredi 6 octobre à Béduer, environ 90 personnes (partenaires, clients, élus…) se pressaient dans les locaux de l’entreprise Chassint peinture pour l’inauguration, en grande pompe, d’un nouveau robot de préparation de surface développé par l’entreprise elle-même et cofinancé par les sociétés STS de Decazeville et Novalynx de Brive et Toulouse. Il s’agit d’un robot, portant le joli nom de Kuka, petit bijou de technologie équipé d’un scanner 3D-laser, qui réalise des opérations de ponçage par projection abrasive sans jamais avoir à manipuler la pièce grâce à un repositionnement automatique de la pièce à traiter.

«Il n’y a que deux robots de la sorte en Europe», souligne Sébastien Chassint PDG de l’entreprise. «Nous ne l’avons pas développé et mis en place dans un but de rentabilité mais par souci de qualité de prestation et surtout, pour le confort de nos collaborateurs en diminuant la pénibilité de ce travail. Nous sommes en train de passer l’accréditation NADCAP, conçue pour tirer parti de la contribution de l’industrie sur certains points critiques, tout en réduisant au maximum la charge de travail des clients. Nous avions besoin de ce robot.»

Par la même occasion, les nouveaux bâtiments abritant un atelier dernière génération, avec une ligne de peinture entièrement robotisée, permettant de gagner en compétitivité en améliorant les flux, et un atelier doté de cellules de sablage étaient présentés au public.

Sur les 1,1 M€ d’investissement global, la région Occitanie et l’Europe ont subventionné à hauteur de 300 000 €. «Je me suis installé à Figeac en 1982 comme carrossier automobile puis l’entreprise Ratier m’a contacté pour travailler pour eux et l’aventure a commencé», confie Yves Chassint la voix remplie d’émotion. «Aujourd’hui je mesure l’énormité du travail accompli, c’est mon fils qui pilote et j’en suis très fier».

L’entreprise Chassint Peinture présente son robot Kuka 2018-04-18T09:15:41+00:00

Les pompiers s’entraînent sur le site de Chassint

Pas de panique, la présence des sapeurs pompiers lotois et de leurs engins, hier après-midi, sur le site de l’entreprise Chassint Peinture, à Béduer, n’était qu’un exercice d’entraînement.

Sébastien Chassint, le dirigeant de la société, a répondu favorablement à la sollicitation du SDIS 46, afin d’ouvrir ses ateliers aux pompiers lors d’une simulation de déversement de produits chimiques.

Tout était fictif donc, excepté l’engagement des secours qui ont vécu cet après-midi comme en conditions réelles, sous le regard attentif de leur capitaine Céline Duval, responsable du centre de secours de Figeac. Ainsi, ils pouvaient tester leur protocole d’intervention et de sécurité, ainsi que leurs compétences face à ce risque chimique potentiel, et par la même occasion, assurer une reconnaissance de cette entreprise.

Quelque 25 sapeurs pompiers ont été mobilisés sur cette manœuvre, sans perturber la production de Chassint Peinture.

Les pompiers s’entraînent sur le site de Chassint 2018-04-18T09:42:28+00:00

Chassint Peinture : la société voit l’avenir en rose

Dans le sillage des grandes entreprises aéronautiques de Figeac, Chassint Peinture installée à Béduer prend son envol. La société familiale a entamé une véritable révolution industrielle.

Installée depuis 22 ans à une dizaine de kilomètres de Figeac, la petite entreprise Chassint Peinture a bien poussé à l’entrée du village de Béduer. A l’origine, l’activité de la société était essentiellement tournée vers la carrosserie automobile. Mais très vite, la peinture industrielle est devenue la spécialité de l’entreprise à qui Ratier Figeac confie en sous traitance ses pales. 3000 pales sont traitées par an à Béduer. «Ratier reste notre principal client. Il représente 80 % de notre activité, même si depuis quelques années, nous développons de nouvelles affaires» souligne le fondateur Yves Chassint, heureux aujourd’hui de passer les manettes à son fils, Sébastien. Sous l’impulsion de son nouveau directeur général, l’entreprise qui ne connaît pas la crise et emploie aujourd’hui 42 personnes passe un nouveau cap et entame une nouvelle révolution industrielle.

Démarche qualité, robotisation, extension du site, de grands projets de développement sont engagés. «Le virage a été pris il y a deux ans», confirme Sébastien Chassint.

Pour gagner en efficacité et répondre aux exigences des clients, le nouveau pilote de Chassint Peinture a commencé par repenser de fond en comble l’organisation de l’atelier afin d’optimiser les flux et améliorer les conditions de travail en misant sur une robotisation de la production. «ça ne supprimera aucun emploi, au contraire la robotisation va réduire la pénibilité du travail pour nos salariés» souligne Yves Chassint. Par ailleurs, l’accent a été mis sur la certification: l’entreprise déjà certifiée ISO 9001 et EN 9100 est aujourd’hui en pleine démarche Pré Nadcap. «Aujourd’hui on passe un cap, on saute le pas» se félicitent les Chassint pour qui ces investissements sont indispensables pour préserver le savoir-faire de leur entreprise et s’adapter aux besoins du marché. «Il faut répondre à la mondialisation des normes pour maintenir la production et décrocher de nouveaux marchés. On a l’appui de notre donneur d’ordre Ratier. C’est un travail de longue haleine engagé depuis plusieurs années» explique Sébastien Chassint.

En plein essor, l’entreprise de 3 500 m2 a besoin d’espace et pousse les murs de son site à Béduer. Les travaux d’extension viennent de démarrer avec la construction d’un bâtiment de 450 m2. «Il va abriter un atelier ultramoderne avec une ligne de peinture entièrement robotisée» précise le responsable qui réfléchit déjà à un nouvel agrandissement. «Il faut toujours avoir un temps d’avance». L’usine du futur est une réalité à Béduer.


L’aventure industrielle se poursuit en famille

A 67 ans, Yves Chassint n’est pas encore prêt à raccrocher. Homme de réseaux, très impliqué dans diverses instances comme la Chambre de commerce et d’industrie du Lot, le chef d’entreprise n’en oublie pas pour autant de préparer l’avenir.

Depuis deux ans, la relève est assurée grâce à l’implication de son fils, Sébastien. A 35 ans, ce dernier, nommé directeur général de Chassint peinture, est aujourd’hui le pilote de la société dont il connaît tous les recoins. «J’ai travaillé pendant huit ans à l’atelier. Je connais tous les postes», confie-t-il.

Après les Compagnons du devoir, Sébastien Chassint s’est formé dans une école spécialisée de peinture à Toulouse avant de travailler dans le secteur de la carrosserie puis de rejoindre l’entreprise familiale à Béduer.

Depuis quelques mois, c’est lui qui a pris les commandes et a amorcé un grand virage pour développer l’activité du site. «Mes objectifs sont de continuer à pousser les murs tout en préservant le personnel. On prend aujourd’hui un nouveau cap industriel avec en plus la reconnaissance de notre client principal, Ratier Figeac» se félicite le directeur général qui voit loin. Alors que les travaux de l’extension de l’atelier démarrent, il pense déjà à un futur agrandissement pour poursuivre la modernisation et la robotisation de l’entreprise et décrocher de nouveaux marchés. Présent au plus près des équipes de production, Sébastien Chassint est également de plus en plus souvent sur le terrain, notamment sur les salons spécialisés. «Je vais par exemple au salon composite à Nantes et bien sûr je serai l’année prochaine au salon du Bourget. Ce sont des endroits où on rencontre de gros clients, les donneurs d’ordre et où on découvre de nouveaux matériaux et les nouveautés en matière d’innovation. J’adore ça !».


L’innovation comme marque de fabrique

Traitement de surface mais aussi décapage, collage de dégivreurs sur pales neuves, marquage… Chassint Peinture qui travaille à 95 % pour le secteur aéronautique a plus d’une corde à son arc. «Dans notre atelier, nous avons essentiellement en charge des pièces vitales» précise le directeur général, Sébastien Chassint. Pales d’hélices mais aussi rotors d’hélicoptère, de pièces de cockpit sont traités sur le site de Béduer en pleine mutation. Le nouveau bâtiment en chantier va permettre d’implanter une ligne de peinture ultramoderne et entièrement robotisée. Une technologie innovante : le robot de 200 000 euros sera au cœur de l’atelier (photo ci-dessus). Aidée par un contrat d’appui, l’entreprise a mené un travail collaboratif avec Ratier-Figeac, Novalynk et STS Decazeville.

Chassint Peinture : la société voit l’avenir en rose 2018-04-18T09:35:06+00:00